Accueil > Ressources pédagogiques > Les modèles de météorites

Les modèles de météorites

Les modèles de météorites ont longuement constitués les accessoires ponctuels de démonstrations scientifiques ou des supports de cours à l’Université. Ces objets sont devenus aujourd’hui précieux du fait de leur rareté, de l’originalité de leur objectif pédagogique ; ils le sont aussi en tant que copies de météorites alors que les météorites originales n’existent plus en l’état.

Denis Leypold (Die Meteoritenmodelle des Mineralogischen Museums der Universität Strasbourg, Materielle Modellen in wissenschaftlicher Praxis, W.- Fink Verlag, München, 2014)

L’intérêt des chercheurs pour les pierres de tonnerre « Donnersteine » est récent ; il s’est manifesté avec le développement des sciences physique et chimique au début du 19 siècle. Jusqu’alors, la nature même des météorites avait été soumise à la controverse encore exprimée par l’Académie des Sciences à Paris. Il fallut en 1794 l’objectivité de Ernst Chladni (1756-1827), en 1795 de Edward Howard (1774-1816) et celle de Jean-Baptiste Biot (1774-1862) en 1803 pour convaincre le monde scientifique de la réalité de l’origine extraterrestre des météorites.

Leur étude étant une science neuve, l’accès au matériel météoritique resta longtemps dépendant des chutes récentes observées d’abord en Europe pour une question d’accessibilité, puis dans le reste du monde.

Les recherches furent cependant dynamisées par l’originalité de la composition et de la provenance extraterrestre de ces « schwarzen Stein » qu’Alexander von Humboldt présente dans le premier volume de Cosmos édité en 1844. De même, le pharmacien Carl Ch. Beinert (1793-1868) fait paraître à Breslau en 1848 une publication sur la météorite tombée un an plus tôt à Braunau (Trutnov) en Tchéquie, ouvrant ainsi la voie à d’autres chercheurs dont Wilhelm Karl Haidinger (1795-1871).

PNG - 55.9 ko
Modèle de la météorite de Chulafinnee, Clairberne, Alabama, USA. Trouvée en 1873.
N°649g. Acquise vers 1880 par Emil Cohen auprès du Kaiserlich- Königlich Hof Mineralien Kabinett à Vienne. Le modèle présente les regmaglyptes caractéristiques des météorites ferreuses (sidérite).

L’observation des météorites enthousiasmant les chercheurs, Gabriel Auguste Daubrée (1814-1896), professeur de minéralogie et de géologie à l’Université de Strasbourg de 1839 à 1861, fut le premier à Strasbourg à essayer de comprendre ce qui pouvait bien provoquer la morphologie particulière des météorites. Il émit pour certaines d’entre-elles l’hypothèse que leurs formes étaient dues à l’action de tourbillons gazeux de très haute température exercés à leur surface lors de leur descente dans l’atmosphère. Il nomme ces « creux » piézoglypte. (piezo = pression ; glypte = empreinte). Ce mot très évocateur ne fut pas retenu mais remplacé aujourd’hui par regmaglypte (regma = fracture ; glypte = empreinte).

Les interrogations cernant l’aspect extérieur des météorites se développant souvent sur la base de critères d’observation ouverts, certains auteurs avancèrent des théories hasardeuses jusqu’après 1884 en suggérant que leur forme était souvent acquise avant de tomber sur Terre. Dans la nouvelle université impériale de Strasbourg créée en 1872 (Kaiser- Wilhelms- Universiät Strassburg, 1872-1918), l’approfondissement des recherches devait être d’abord porté par Paul Groth (1843-1927), puis par Emil Cohen (1842-1905), par Wilhelm Bruhns (1864-1929) et Hügo Bucking (1851-1932), jusqu’en 1918. Mais c’est surtout Emil Cohen qui approfondit l’étude des météorites à l’Institut de Pétrographie où il prend en 1878 la succession de Heinrich Rosenbusch (1836-1914). Ses travaux en pétrographie, d’une réputation très élevée parmi ses collègues professeurs, l’orientèrent avec Aristide Brezina (1848-1909) à Vienne vers l’étude pétrographique des chondrites (météorites pierreuses). Il fut le seul en Allemagne à avoir proposé des cours et des travaux pratiques sur les météorites. C’est sans doute aussi pour cette raison qu’il équipe son laboratoire en modèles d’études. D’après l’inventaire de l’Institut de Pétrographie, les modèles ont été acquis pour la plupart auprès du Kaiserlich- Königlich Hof Mineralien Kabinett à Vienne entre 1878 et 1885 (aujourd’hui : der Naturhistorisches Museum), à l’exception de quelques-uns auprès du Rheinisches Mineralien- Kontor Krantz à Bonn. En tout Cohen aurait acheté 53 modèles d’études dont il reste aujourd’hui 44. Réalisées en plâtre, ces modèles devaient être parfaitement identiques aux météorites originales telle qu’elles furent découvertes avant d’être soumises aux exigences des analyses chimiques et pétrologiques, comme aux morcellements à des fins de diffusions et de vente.

Il était donc essentiel de travailler d’après des restitutions quasi parfaites permettant l’analyse visuelle des formes et de la texture superficielle des météorites. Il était aussi d’une grande nécessité de reproduire avec autant d’exactitude que possible la couleur de la glaçure provenant de la croûte de fusion, comme aussi les textures et les couleurs internes visibles aux cassures. Confrontés à la prise en compte de leur nature pierreuse ou métallique (cristallographique dans ce cas), l’ensemble de ces critères devait amener les scientifiques à comprendre les manifestations physiques préludant à leur morphologie et à leur orientation acquise lors de leur descente dans l’atmosphère (tableaux 5-6).

Alors que l’intérêt de la classe scientifique n’ignorait pas ce nouveau domaine de la recherche, il ne se trouve pas, à notre connaissance, de publications réalisées à partir de l’observation des modèles de météorites. On notera néanmoins le travail original publié en 1882 par Eduard Döll (1836-1908) sur les météorites de Mocs. Dans son étude « Bemerkungen über die rundlichen Vertiefungen, die Gestalt und Rotation der Meteoriten und eine Fallzone derselben », Döll y associe un coffret en bois de 22 x 24 cm contenant 10 modèles de météorites tombées à Mocs qu’il vient d’étudier et dont les photographies accompagnent la publication.

L’aspect pédagogique prend ici une signification relativement forte rehaussée par la ressemblance quasi parfaite des modèles, si bien qu’il est difficile de faire visuellement la différence d’avec de véritables météorites. Les quatre planches photographiques représentent à raison de 2 à 3 échantillons par planches les météorites originales photographiées sous différents angles. Il est alors intéressant de procéder à une comparaison entre les représentations photographiques et l’aspect tridimensionnel des modèles correspondants (tableau 3). La collection se compose de deux modèles de la météorite de Braunau (Trutnov en Tchéquie) (Tableau 4), d’une série de 12 modèles de Roumanie, 11 modèles consacrés à l’Inde, 3 pour l’Allemagne (Ibbenbühren, Linum et Rittersgrün) 2 pour l’Irlande, 2 pour la Russie, 2 pour la Lettonie, 2 pour les USA, ainsi que d’autres tombées en Suisse, Angleterre, Slovaquie, Chili, Ukraine, Bengladesh, Estonie, Belgique et Canada, et d’un modèle non identifié.

PNG - 56.4 ko
Coffret enfermant dix modèles de la chute de MocsCluj, Transylvanie, Roumanie du 3 février 1882.
N° 710a-710j.
PNG - 65.1 ko
Planche avec deux modèles correspondants du coffret.
Planche II., E. Döll, Bemerkungen über die rundlichen Vertiefungen […] avec deux modèles correspondants du coffret de 10 modèles N°710a-710j

Il ne reste malheureusement aucune source documentaire et archivistique de Cohen faisant référence aux modèles d’études, probablement parce qu’il les a transporté avec lui en 1885 lors de sa nomination au poste de professeur de minéralogie à l’université de Greifswald en Vorpommern. Après lui, il est significatif de remarquer que son exemple n’a plus été poursuivi à Strasbourg, Hugo Bücking et Wilhelm Bruhns ses successeurs se préoccupant d’avantage des acquisitions qui totalisèrent 266 échantillons en 1913.

Pour Strasbourg, le principal fournisseur a été le Kaiserlich- Königlich Hof Mineralien Kabinett à Vienne avec 39 modèles achetés, puis Krantz avec 14 modèles. Le plus grand de ces modèles a un poids de 3670,2 g pour 335x230x190 mm (Chondrite de Butsura, India) ; le plus petit ne pèse que 7,8 g (Chondrite de Mocs, Roumanie). D’après le registre des achats, des boîtiers en verre spécifiques pour la protection des modelles de météorites avaient été acquis séparément sans précision d’origine. Ces Glaskasten ont toutes été perdues depuis. Malgré tout, les modèles sont dans l’ensemble assez bien conservés à l’exception de quelques retouches de couleur noire apportées ultérieurement.

Les modèles ont été utilisés accessoirement pour les cours de minéralogie. Ils font partie aujourd’hui des collections patrimoniales de l’Université et sont en partie exposés au Musée de minéralogie ainsi qu’à la Crypte aux étoiles du Planétarium à l’Université de Strasbourg.

PNG - 82.1 ko
Modèle de météorite (sidérite) de Braunau, Trutnov, Tchéquie tombée le 14 juillet 1847.
PNG - 74 ko
Modèle de météorite (sidérite) de Braunau, Trutnov, Tchéquie tombée le 14 juillet 1847.
PNG - 71.5 ko
Modèle de la météorite de Cachiyuyal Atacama, Chile, tombée en 1874.
N°649h
PNG - 44.1 ko
Modèle de la météorite de Pulsora, India, tombée en 1863.
N° 606c

17 février 2014